L'évolution du marché de l'optique, avec la réforme 100% Santé, et les problématiques liées aux remboursements.

La réforme 100% Santé, qu’est-ce que c’est ?

 

Cette réforme 100% Santé vise à encadrer les prix dans le domaine de l’optique, et à apporter une meilleure prise en charge de votre équipement en visant le Reste à Charge 0, soit la somme qu’il vous reste à payer après indemnités de la Sécurité Sociale et de votre mutuelle. Un équipement optique complet - verres et monture - peut coûter cher à un particulier, et jusqu’à maintenant la prise en charge par la Sécurité Sociale n’est pas optimale. A titre d’exemple, une monture de lunettes de vue est remboursée à 60% par la Sécurité Sociale sur la base d’un tarif de référence, fixé par l’Assurance maladie : actuellement à 2,84 euros pour un adulte. On comprend tout l’intérêt de posséder une complémentaire santé !

A partir du 1er janvier 2020, les opticiens devront appliquer la réforme “100% Santé”, ou “Reste à Charge 0” (RAC 0), en proposant à leurs clients deux classes d’équipements optiques, appelés aussi “paniers”. Ainsi, vous aurez le choix entre ces deux options :

- Le “panier 100% santé” sans reste à charge, qui comprend des équipements dits de classe A. Une sélection de 17 modèles de montures en deux couleurs pour adultes et 10 modèles de montures en deux couleurs pour enfants. Ces montures doivent respecter les normes européennes, avec un tarif inférieur ou égal à 30 euros. Les verres répondent quant à eux à des critères de qualité précis et normés (parmi lesquels le traitement anti-rayures, anti-UV, anti-reflets, et amincissements), et leurs prix sont encadrés et plafonnés par la loi.

- Le “panier tarif libre”, hors offre 100% Santé donc, qui comprend les équipements de classe B. Ces équipements n’ont pas de limite de prix, vous pouvez choisir parmi une gamme libre de montures et de verres, et la prise en charge par les complémentaires santé est plafonnée à 100 euros pour cette classe B.

Ainsi, un équipement de la classe A est remboursé en intégralité par la Sécurité Sociale et la complémentaire santé responsable. Le reste à charge O s’applique alors, et le porteur de lunettes n’aura rien à débourser de sa poche pour sa paire de lunettes.

Un équipement de classe B quant à lui ne sera pris que partiellement en charge par la complémentaire santé du patient, selon les tarifs et conditions en vigueur - spécifiques donc à chaque complémentaires santé.

 

Ce que ça change ?

Cette réforme change de nombreuses choses, à commencer pour le porteur de lunettes

- Si le panier 100% Santé apporte des avantages, il reste néanmoins un véritable frein au niveau du choix de la monture. En effet, la gamme de lunettes de classe A est restreinte, et ne vous permet pas de laisser libre court à vos envies de formes, de couleurs, ou de design.

- Trois choix s’offrent à l’acheteur avec cette réforme :

Opter pour un équipement complet de classe A qui répond aux critères imposés par la loi, et profiter du remboursement intégral pour sa paire de lunettes.

Opter pour une offre “panachée”, en choisissant des verres correcteurs de classe A - donc pris en charge à 100% - et une monture de classe B par exemple, pris en charge par la mutuelle selon ses propres tarifs.

Opter pour une paire de lunettes de classe B, prise en charge par sa mutuelle selon ses propres tarifs.

Dans les deux derniers cas, le choix de sa complémentaire santé est primordiale, car elle seule pourra vous rembourser une partie de votre équipement. Chacun doit être bien vigilant sur les conditions de sa complémentaire santé, ainsi que des avantages de son contrat.

- Pour bénéficier du remboursement à 100%, les tarifs des équipements verres + monture sont donc plafonnés. Pour un patient qui présente une faible correction, le tarif maximal est de 95 euros pour des verres unifocaux, et de 180 euros pour des verres progressifs. Pour un patient avec une forte correction, le tarif maximal pour des verres unifocaux est de 265 euros et de 370 euros pour des verres progressifs.

Pour les opticiens, cette réforme 100% Santé implique aussi de nombreux changements.

- Ils doivent impérativement s’équiper des fameux modèles de classe A d’ici à la rentrée 2020, et proposer donc 17 modèles adultes et 10 modèles enfants en deux coloris différents, qui correspondent aux critères de la loi.

- Ils doivent aussi obligatoirement vous présenter un devis normé, vous proposant une offre “100% santé”, quoique le porteur de lunettes choisisse.

Quel rôle pour les mutuelles ?

Les complémentaires santé aussi vont devoir s’adapter, et c’est là que les inégalités vont se creuser. En effet chaque mutuelle ou complémentaires va appliquer ses propres tarifs, et il va falloir être bien vigilant sur les offres auxquelles chaque assuré va souscrire. Deux faits majeurs pour les mutuelles :

- A partir de janvier 2020, elles doivent appliquer un contrat dit “responsable” pour les verres correcteurs, c’est à dire un contrat qui respecte les plafonds de remboursement fixés par l’Assurance Maladie. Le Reste à Charge 0 ne sera pas appliqué sur les montures.

- Le plafond de remboursement des montures baisses : de 150 euros, on passe en janvier 2020 à 100 euros.

Si un équipement est choisi dans la catégorie B, donc hors tarifs 100% santé, il n’y a pas d’obligation de couverture intégrale par les complémentaires santé et mutuelles. Les remboursements pourront donc être drastiquement plus bas !

Voilà pourquoi La Petite Maison Bourgeat est l’un des rares opticiens à pratiquer le Tiers payant en ligne, une petite révolution dans ce monde de l’optique, pour vous faciliter au maximum l’achat de votre paire de lunettes de vue. Nous sommes aussi partenaire toutes mutuelles, et partenaire exclusif de plusieurs complémentaires santé, afin de toujours vous aiguiller vers le bon choix !